tchadien à N’Djamena, la capitale du Tchad, et visitera des activités de renforcement de la résilience et d’intervention d’urgence appuyées par le PAM dans les régions du Lac Tchad et du Guéra, au centre du pays.« Nous devons empêcher les communautés vulnérables de s’enfoncer davantage dans l’insécurité alimentaire et la malnutrition résultant des chocs climatiques récurrents », a déclaré M. Beasley, cité par le communiqué.Selon lui, le Tchad est l’un des pays où le PAM intensifie ses efforts pour relier les interventions humanitaires et de développement dans le but de contribuer à des moyens de subsistance durables, à la cohésion sociale et à la paix.

« J’ai hâte de voir certains de nos projets en cours, ainsi que de rencontrer des responsables gouvernementaux et des bailleurs de fonds pour discuter de la manière dont nous pouvons développer ces initiatives », a-t-il ajouté.Le PAM vise à aider 2,4 millions de personnes au Tchad cette année. Cela inclut les familles touchées par une saison de soudure aiguë au Sahel, les femmes et les enfants souffrant de malnutrition aiguë, les déplacées internes et les réfugiés qui ont fui les conflits au Soudan et en République centrafricaine